Aller au contenu

Pourquoi la démocratie est meilleure que toute autre forme de gouvernement

Message dicté par Saint-Germain à travers Kim Michaels, le 4 juin 2022 lors du webinaire « Démocratie et christité ». (1/10)

JE SUIS le Maître ascensionné Saint-Germain. Pourquoi avons-nous choisi le thème « Démocratie et christité » pour cette conférence ? Eh bien, évidemment parce que c’est tout à fait dans l’air du temps en ce moment, alors que nous voyons cet assaut contre la démocratie qui se déroule en Ukraine et nous le voyons aussi dans de nombreuses autres parties du monde. La réalité de ce qui se passe ici est que, indépendamment de ce que vous pouvez craindre, ou de ce que vous pouvez ressentir dans la conscience collective ou dans la peur des gens, je peux vous assurer d’une chose : mon âge d’or progresse, pas nécessairement comme prévu, car je n’ai pas de plans fixes, comme je l’ai déjà dit à maintes reprises, mais il progresse avec un élan imparable.

Dans le cadre de mon âge d’or et son déroulement, la démocratie continuera à croître et à se répandre dans le monde entier. De plus en plus de nations deviendront des démocraties, et celles qui sont déjà des démocraties continueront à évoluer vers des formes de plus en plus démocratiques.

Naturellement, nous vous avons dit à maintes reprises et nous vous avons donné de nombreux enseignements sur les forces qui, sur Terre, travaillent contre toute évolution positive. Il y a certainement des forces qui font tout ce qu’elles peuvent pour contrecarrer ou retarder la manifestation de mon âge d’or. Ces forces ne sont pas contentes avec la démocratie. Elles n’ont jamais été contentes avec la démocratie et, dès l’avènement de la démocratie, elles ont essayé de faire tout ce qu’elles pouvaient pour détruire ce développement, le retarder, le déformer et transformer les nations démocratiques en quelque chose qui n’est pas vraiment une démocratie.

La question à laquelle les démocraties doivent répondre
Des personnes qui sont des experts mondiaux en la matière ont dit que toutes les démocraties doivent répondre à certaines questions. Par exemple : Quel type de démocratie veut le peuple ? Quels types de personnes peuvent voter ? Doit-il y avoir des représentants ? Comment doit-on organiser la démocratie ? Et ainsi de suite.

Mais ces experts ont également déclaré que la question la plus importante à laquelle les démocraties doivent répondre est la suivante : Pourquoi la démocratie est-elle une meilleure forme de gouvernement que toute autre forme de gouvernement ? Et c’est bien sûr une question à laquelle il est difficile de répondre d’un point de vue de ce monde, quand on ne connaît rien de la réalité spirituelle de l’âge d’or.

Pourquoi la démocratie est-elle une meilleure forme de gouvernement que, par exemple, une autocratie ou une dictature ? Eh bien, laissons de côté pour un moment la perspective spirituelle, et examinons cette question d’un perspective purement de ce monde, compte tenu de ce que les gens savent. La clé ici est de vous poser une autre question, une question de clarification, parce que vous pourriez réaliser, comme même certaines personnes dans le monde qui ne savent rien des maîtres ascensionnés l’ont réalisé, que la façon dont vous formulez la question est très, très importante. Pourquoi la démocratie est-elle une meilleure forme de gouvernement que toute autre forme de gouvernement ? Quel est le mot clé dans cette phrase ? C’est ‘meilleure’.

Pourquoi la démocratie est-elle meilleure ? Eh bien, tout dépend de la façon dont vous définissez ‘meilleure’. Qu’est-ce qui est meilleur ? Qu’est-ce qui est pire ? Maintenant, vous qui êtes des étudiants des maîtres ascensionnés, reconnaissez bien sûr que meilleur et pire sont des termes dualistes. Mais même pour ceux qui ne le savent pas, nous pouvons poser une question simple ici : Qui décide de ce qui est meilleur et de ce qui est pire ? En d’autres termes, dans une société donnée, qui sont les personnes qui décident de la meilleure forme de gouvernement ? Et si la démocratie est meilleure qu’une dictature. Qui doit décider ?

Et vous constatez que si ce n’est pas l’ensemble de la population qui décide si la démocratie est meilleure, il n’y a pas de démocratie. Si le peuple décide que la démocratie est la meilleure forme de gouvernement, alors vous avez une démocratie. Mais quelle est l’alternative ? Que s’est-il passé dans la plupart des nations, même dans certaines qui sont démocratiques ? C’est toujours une petite élite qui décide non seulement si la démocratie est la meilleure forme de gouvernement, mais aussi de nombreuses autres choses dans la société.

Vous voyez ici que la démocratie est une forme de gouvernement où le peuple décide. Dans toute autre forme de gouvernement, quel que soit le nom qu’on lui donne, ce n’est pas le peuple qui décide. Et si ce n’est pas le peuple qui décide, qui est-ce ? Eh bien, ce n’est pas le Père Noël et ce n’est pas la petite souris. C’est une élite ou une autre. Il y a toujours une élite qui décide quelle est la meilleure forme de gouvernement. Et, mes bien-aimés, regardez l’histoire. Quand avez-vous déjà vu l’élite décider que la démocratie était une meilleure forme de gouvernement qu’une dictature ?

Eh bien, vous l’avez vu. Vous l’avez vu dans des cas où vous aviez une élite établie qui était devenue si oppressive à l’égard des libertés du peuple que le peuple avait le désir de se libérer de cette élite. Et puis une élite aspirant au pouvoir est arrivée, a profité du mécontentement du peuple et a établi une forme de démocratie dans laquelle elle pensait pouvoir s’installer pour contrôler cette démocratie.

Encore une fois, quelle est la « meilleure » forme de gouvernement ? Eh bien, cela dépend de ce que vous voulez. Voulez-vous que le peuple gouverne ou voulez-vous qu’une petite élite gouverne ? Et c’est bien sûr une question centrale dans l’histoire de l’humanité. Il suffit de regarder l’histoire pour constater que, pendant la majeure partie de l’histoire connue, les sociétés n’ont pas été des démocraties. Elles ont été dirigées par une petite élite, parfois par une seule personne, mais il y avait généralement toujours une élite de nobles ou de chefs de parti, ou quel que soit le nom qu’on leur donne, qui soutenait le dirigeant ultime.

De nombreuses personnes, même des experts en histoire et en politique, même ceux qui ont grandi dans une nation démocratique, diront qu’il est préférable d’avoir une élite qui dirige. Mais est-ce bien le cas ? Jetez un coup d’œil à l’histoire. Jetez un coup d’œil à l’histoire et demandez-vous : Est-ce que c’était mieux quand il y avait une élite qui dirigeait ? Est-ce que cela a bien tourné ? Eh bien, vous pouvez vous poser une autre question : Pour qui était-ce mieux quand une élite gouvernait ? Et vous pouvez voir très clairement que c’était toujours mieux pour l’élite, car non seulement elle avait le pouvoir, mais elle avait aussi une position très privilégiée qui lui permettait, dans la plupart des cas, d’écrémer les fruits du travail du peuple. Par conséquent, c’était toujours mieux pour l’élite et ce n’était pratiquement jamais mieux pour le peuple. Les gens étaient ou sont devenus des esclaves virtuels de l’élite. Est-il préférable pour le peuple de vivre comme esclave ?

Le sort des empires
Regardez maintenant ce qui est arrivé aux nations. Était-il préférable pour l’Empire romain de s’engager dans toutes ces conquêtes d’autres régions, jusqu’à ce que le cycle karmique se retourne et que soudain d’autres armées viennent attaquer l’Empire romain, saccagent Rome et renversent l’Empire romain ? Était-ce mieux pour Rome en tant que nation ? Ou aurait-il été préférable d’avoir un gouvernement plus durable ?

Mes bien-aimés, pendant les années 1930, la plupart des Allemands avaient le sentiment d’être la race maîtresse et d’être la nation la plus avancée et la plus puissante du monde. Mais combien d’entre eux avaient encore ce sentiment en 1945 ? Ce que Hitler a fait était-il mieux pour l’Allemagne ? Beaucoup de gens le pensaient jusqu’en 1943, 1944 ou 1945. Mais était-ce mieux ? De quel point de vue le règne d’Hitler aurait-il pu être meilleur ? Il n’était même pas meilleur pour l’élite qui le soutenait. Car eux aussi ont perdu la guerre, même si certains d’entre eux en sont sortis avec beaucoup d’argent et de privilèges.

Quelle est la mesure que vous utilisez si vous regardez l’histoire et dites : « Ah oui, le peuple ne peut pas se gouverner lui-même, il est toujours préférable qu’une élite le fasse. » Quelle est cette mesure ? Lorsque vous observez l’histoire, sur quelle base pouvez-vous dire qu’il est préférable que l’élite gouverne ? Où en sommes-nous aujourd’hui ? Nous sommes à un point où beaucoup de gens diront : « Eh bien oui, il y a certainement eu des catastrophes qui ont été précipitées par des dictateurs, mais le peuple n’aurait pas fait mieux. Il y a aussi certains exemples de démocraties qui ont dégringolé. Le problème n’est pas l’élite. Le problème n’est pas qu’une élite ait dirigé l’Empire romain, l’Union soviétique, l’Allemagne nazie ou tout autre pays. Non, le problème est qu’il s’agissait de la ‘mauvaise’ élite. Si seulement nous avions eu la bonne élite qui était meilleure pour gouverner que ces dictateurs, alors cela aurait été une meilleure forme de gouvernement que la démocratie. »

Eh bien, mes bien-aimés, nous voilà revenus au point de départ, n’est-ce pas ? Qui définit que l’élite est bonne ? C’est l’élite qui définit qu’elle est la bonne élite. L’élite dirigeante, l’élite établie qui domine une société à un moment donné, selon sa définition, est toujours la bonne élite avec les meilleures personnes pour ce travail. Combien de temps va-t-elle durer ? Jusqu’à ce qu’une autre élite arrive et dise : « Non, l’élite établie n’a pas les bonnes personnes pour ce travail, nous sommes les bonnes personnes pour ce travail. Nous sommes Robespierre, Lénine, nous sommes les bonnes personnes pour ce travail. » Eh bien, mes bien-aimés, ceux qui n’apprennent pas les leçons de l’histoire sont destinés à les répéter, comme j’ai inspiré plus d’une personne à le dire. La question est : pendant combien de temps voulez-vous répéter ces erreurs ?

Nous l’avons déjà dit. Mais je vais le redire d’une manière différente. Si vous regardez ce qui a mal tourné dans les pays où ils ont été vaincus et se sont autodétruits comme l’Allemagne nazie, l’Empire romain et l’Union soviétique, si vous regardez ce qui est arrivé à ces nations qui se sont autodétruites, c’est toujours parce qu’il y avait un déséquilibre. Elles sont devenues déséquilibrées. Elles sont allées trop loin vers un extrême, puis soudainement elles ne pouvaient plus continuer et elles ont commencé une spirale descendante qui a finalement conduit à un effondrement.

Maintenant, si vous regardez cela même d’un point de vue de ce monde, vous pouvez regarder l’Empire romain et voir que pendant plusieurs centaines d’années, l’Empire romain était dans une phase expansive. Les Romains ont conquis de plus en plus de territoires, et de plus en plus de gens. Pourquoi cela s’est-il arrêté ? Eh bien, parce qu’à l’époque, la technologie des communications a simplement défini une limite à la distance à laquelle l’Empire romain pouvait s’étendre et rester sous le contrôle de Rome. Il est arrivé un moment où il devait y avoir deux empereurs, un à Rome et un à Constantinople. Mais que s’est-il passé ensuite ? Eh bien, comme pour Caïn et Abel, ils ont commencé à ne plus être d’accord. Et tout d’un coup, l’Empire romain a connu des dissensions internes qui ont joué un rôle important dans sa chute.

Mais ce que je veux dire, c’est qu’il y avait une limite à l’expansion de l’Empire romain avant qu’il ne recommence à se contracter. C’est la force d’expansion du père et la force de contraction de la mère. Lorsqu’il devient déséquilibré dans la force d’expansion du père, il atteint cette limite, cette impasse où il ne peut plus continuer à s’étendre par la force, ce sur quoi l’Empire romain était bien sûr entièrement basé. Alors maintenant la force de contraction de la mère devient plus forte, et l’empire commence à s’effondrer.

Regardez Hitler. Il s’est attaqué à l’Union soviétique, à la Russie, à l’Europe occidentale et aux États-Unis en même temps. Vous pouvez considérer cela d’une perspective purement de ce monde et dire que l’état d’esprit qui a poussé Hitler à tout affronter en même temps a garanti sa défaite, car il y avait une limite à son expansion avant d’atteindre cet absolu, ce mur, pour ainsi dire, où la force de contraction commençait à tirer en arrière. On peut dire que, dès le départ, la défaite d’Hitler était garantie. Dès le départ, l’effondrement de l’Union soviétique était garanti. Dès le départ, la défaite d’un capitalisme débridé est garantie.

Vous pouvez dire : « Mais nous avons tellement de meilleures technologies de communication aujourd’hui, peut-être qu’un empire ou une nation pourrait prendre le contrôle du monde. » Non, cela ne se pourrait pas, mes bien-aimés. La Terre a été conçue par sept Êtres appelés les Elohim, qui ont un niveau de conscience plus élevé que moi en tant que maître ascensionné. Ils savaient exactement comment concevoir cette planète, avec sa taille, les continents et les océans équilibrant tout, de sorte qu’un empire basé sur la force ne peut pas prendre le contrôle de la planète entière.

Maintenant, il y a un autre facteur qui fait partie de cette équation – pour ceux d’entre vous qui sont spirituels – qui est la densification de la matière. Depuis que l’humanité est entrée dans la dualité et que les êtres déchus ont été autorisés à s’incarner ici et ont apporté leur approche basée sur la force à tout, la matière s’est densifiée. Oui, la tendance s’est maintenant inversée et la matière devient progressivement plus légère. Mais il n’en reste pas moins qu’une tentative de conquête du monde basée sur la force densifie la matière, et que la densification de la matière crée une résistance à la force. Il y aura toujours une limite à la portée d’un empire fondé sur la force, car son état d’esprit est reflété par la densification de la matière. Indépendamment de la technologie, il y aura toujours une limite absolue à la portée d’un empire basé sur la force. Et donc, encore une fois, la force s’autodétruira.

Peut-on avoir une société élitiste qui ne soit pas basée sur la force ? L’avez-vous vue quelque part dans l’histoire du monde, même dans cette très, très courte période que vous appelez l’histoire connue ? Je peux vous assurer que si vous pouviez regarder au-delà des frontières de l’histoire connue et remonter aux civilisations précédentes, vous ne verriez pas cela. Vous ne verriez aucun empire basé sur la force qui ne se soit pas, à un moment donné, autodétruit parce que cela va à l’encontre des lois de la nature, comme vous les appelez, qui sont en réalité les lois spirituelles et la conception entière de la planète Terre. Cela ne peut pas arriver. Cela ne s’est jamais produit. Cela n’arrivera jamais. Combien de temps voulez-vous poursuivre cet objectif impossible, ou plutôt permettre à quelques êtres déchus en incarnation de vous faire poursuivre cet objectif impossible avant de réaliser que la meilleure forme de gouvernement ne sera jamais une forme de gouvernement élitiste ?

Platon et le roi philosophe
Maintenant, je sais – parce que je peux déjà l’entendre dans le courant de retour de la conscience collective – qu’il y a ceux qui diront : « Et Platon et le roi philosophe ? N’était-ce pas un idéal que d’avoir ce souverain sage qui avait un pouvoir absolu, mais qui était bienveillant, bénéfique et pouvait donc amener sa nation à la meilleure forme de gouvernement ? Platon n’avait-il pas raison de mettre en avant le roi philosophe ? » Et je répondrais : Mes bien-aimés, le problème avec l’idée d’un roi philosophe est qu’il y a rarement un roi philosophe quand on en a besoin. Trouvez-en un qui pourrait correspondre à l’idéal de Platon d’un roi philosophe. Oh, oui, certains diront : « Notre souverain était sûrement comme ça. » Mais l’était-il vraiment ?

Vous voyez, mes bien-aimés, même d’un point de vue de ce monde, vous pouvez regarder l’histoire et dire : Quelle est la probabilité pour qu’une personne soit assez sage pour diriger une nation de manière durable ? Qu’entendons-nous par sage ? Eh bien, cela signifie en fait assez équilibrée pour ne pas mener la nation trop loin. Et on peut dire qu’il y en a eu. Il y en a eu qui ont été assez équilibrés, donc ce n’est pas un objectif complètement impossible. Mais le problème est que dans la plupart des cas, ces dirigeants deviennent tôt ou tard trop déséquilibrés parce qu’ils deviennent aveugles. Ils boivent leur propre Kool-Aid. Ils sont tellement sûrs d’avoir raison qu’ils cessent d’écouter les paroles de leur peuple ou de leurs conseillers, ou qu’ils cessent d’observer comment les choses se passent réellement et se demandent « est-ce que ce que je fais fonctionne ? » Cela arrive à pratiquement tous, de sorte qu’ils peuvent être assez équilibrés pendant un certain temps, mais tôt ou tard, ils deviennent déséquilibrés.

Maintenant, l’autre problème avec l’idée d’un roi philosophe est bien sûr que Platon, malgré sa sagesse, ne connaissait pas les êtres déchus et ne comprenait pas l’équation des êtres déchus. Comment peut-on trouver et nommer un roi philosophe et être sûr qu’il n’est pas un être déchu ? Il est certain que lorsqu’un nouveau roi est nécessaire, il y aura toujours un être déchu qui voudra le poste. Qu’est-ce que l’être déchu est prêt à faire pour obtenir le poste ? N’importe quoi : mensonges, tromperies, jeux de pouvoir, voire même tuer l’autre candidat. Comment s’assurer que l’on nomme un roi philosophe ? Il faudrait que le peuple l’élise, n’est-ce pas ? Mais n’est-ce pas là une forme de démocratie ? Même si vous aviez un souverain sage, il devrait être élu par le peuple. Et comment empêcher ce sage dirigeant de devenir soudainement moins sage ? Eh bien, seulement si le peuple a toujours la possibilité de le destituer s’il le souhaite. N’est-ce pas là aussi une forme de démocratie ?

Ce que je veux dire, c’est ceci : Si vous regardez l’histoire, vous constatez que moins il y a de personnes qui contrôlent le processus de décision, plus les erreurs commises sont importantes. Quiconque est prêt à regarder l’histoire peut le constater. Il s’agit simplement d’une observation du fonctionnement de la vie et du déroulement de l’histoire. Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que si vous voulez éviter qu’une nation soit déséquilibrée au point d’entrer dans une spirale autodestructrice, vous devez élargir les décideurs et l’organe de décision. Quel est l’élargissement ultime de l’organe de décision ? L’ensemble de la population. Nous ne pouvons pas aller plus loin avec les observations du monde. Je sais que parler d’êtres déchus n’est pas vraiment ce dont le monde a conscience, mais il est certain que le monde a conscience des dictateurs, des tyrans et de ceux qui ont eu des conséquences désastreuses comme Hitler. Tout le monde est conscient de cela. Tout le monde est conscient de la nécessité d’éviter de tels dirigeants. Alors comment s’y prendre ? Nous le faisons en élargissant l’organe de décision.

Entrons maintenant dans une perspective un peu plus spirituelle. Encore une fois, nous revenons à la question : Quelle est la « meilleure » forme de gouvernement ? Eh bien, de nombreux critères ont été appliqués. On pourrait dire que c’est un gouvernement qui peut créer certains résultats physiques tels que la prospérité pour le peuple. C’est un gouvernement qui peut protéger le peuple d’une invasion extérieure. C’est un gouvernement qui peut faire ceci et cela – quels que soient les critères que vous définissez dans votre société. Mais est-ce vraiment ce qui est le mieux ?

L’expansion de la capacité de l’esprit des gens
Nous l’avons déjà dit. Je vais le répéter rapidement. Si vous regardez l’histoire, que s’est-il passé au cours des derniers millénaires ? Quelle est la base des progrès que vous avez constatés ? Après tout, je pense que très, très peu de gens diraient que le monde n’a pas progressé par rapport à l’Âge de Pierre. Quelle est la base de ce progrès ? Eh bien, on peut dire qu’il s’agit d’une expansion des connaissances. Nous en savons plus aujourd’hui qu’à l’Âge de Pierre. Mais est-ce vraiment tout ? Et d’ailleurs, que signifie l’expansion des connaissances ? Comment les gens peuvent-ils en savoir plus aujourd’hui qu’à l’Âge de Pierre ? D’après la biologie, l’anthropologie et la théorie de l’évolution, les scientifiques supposent que le cerveau humain avait à peu près la même taille à l’Age de Pierre qu’aujourd’hui. Pourquoi les gens de l’Âge de Pierre n’en savaient-ils pas autant qu’aujourd’hui ? Pourquoi n’étaient-ils pas assez intelligents pour trouver un moyen d’améliorer leur quotidien plutôt que de vivre cette existence très difficile qu’ils menaient ? Certains d’entre vous ne se souviennent peut-être pas d’avoir été incarnés à l’Âge de Pierre, mais ce n’était pas une partie de plaisir, je peux vous l’assurer.

L’intelligence humaine est-elle uniquement déterminée par la taille du cerveau ou y a-t-il d’autres facteurs ? Eh bien, si vous êtes une personne spirituelle, vous réalisez qu’il y a plus que cela, car l’esprit est plus que le cerveau. Encore une fois, nous avons déjà parlé de cela avec le matérialisme, de ses limites et du refus d’étudier la conscience. Mais néanmoins, la réalité est – comme le savent toutes les personnes spirituelles et comme commencent à le réaliser de nombreuses personnes qui ne sont pas ouvertement spirituelles – que l’esprit est plus que le cerveau. Vous ne pouvez pas expliquer le comportement humain et la psychologie humaine par ces processus physiques dans le cerveau. Ce n’est pas suffisant. Je ne m’étendrai pas sur le sujet ici, puisque nous l’avons déjà fait. Ce qui s’est passé, c’est que la capacité de l’esprit des gens s’est étendue.

Si vous aviez pris une personne de l’Âge de Pierre et essayé de lui apprendre à compter, vous auriez trouvé impossible de lui apprendre à compter plus de dix. Son esprit n’aurait pas pu le comprendre. Si vous aviez pris une personne de l’Âge de Pierre et dit : « Eh bien, son cerveau est de la même taille que le mien, et puisque je sais lire, il devrait être capable de lire », vous auriez trouvé impossible de lui enseigner. Les hommes de l’Âge de Pierre n’avaient pas la capacité de penser en termes abstraits, comme il faut être capable de le faire pour lire – pour voir que ce petit gribouillis sur une feuille de papier correspond à un son, et que plusieurs gribouillis correspondent à un mot, qui correspond à un objet.

Vous n’auriez pas pu prendre un homme de l’Âge de Pierre et lui apprendre à lire le mot pierre, et encore moins le mot âge, parce qu’il savait ce qu’était une pierre, mais le concept d’âge lui aurait été complètement impossible à saisir. Pourquoi les gens le comprennent-ils aujourd’hui ? Eh bien, il y a eu une expansion dans l’esprit individuel des gens, mais il y a également eu une énorme expansion dans l’esprit collectif, la conscience collective.

La conscience collective sur Terre aujourd’hui est si différente de ce qu’elle était à l’Âge de Pierre que vous pouvez à peine saisir la différence. C’est pourquoi les gens n’ont aucun problème à apprendre à lire aujourd’hui. C’est en partie parce qu’ils l’ont appris dans des vies antérieures. Néanmoins, il n’y a pas eu seulement une expansion des connaissances qui a conduit au progrès, mais aussi une expansion de la capacité de l’esprit humain, tant au niveau individuel que collectif.

Le but de la société
Maintenant, si nous reconnaissons qu’il y a eu une expansion de l’esprit et que nous revenons à la question : Quelle est la meilleure forme de gouvernement ? Eh bien, quel est le but de la vie sur Terre ? Si l’on regarde l’histoire, même l’histoire récente, le but, selon la religion chrétienne, était essentiellement d’éviter de brûler pour toujours en enfer et d’être emmené au paradis après avoir terminé sa vie sur Terre. Mais la vie sur Terre n’avait pas vraiment d’autre but que d’éviter l’enfer et de s’assurer le paradis. Et comment y parvenir ? En obéissant à l’Eglise. Et qu’est-ce que l’Eglise ? Oh oui, une élite. Que soutenait-elle ? Les rois et la classe noble, une autre élite.

Pour les gens qui ont vécu pendant les mille ans de l’Âge des Ténèbres dominé par l’Eglise catholique, quelle a été l’ampleur de l’expansion de l’esprit ? Eh bien, il y en avait un peu, mais pas beaucoup, et ce n’était certainement pas à cause de l’église, mais seulement en dépit d’elle. Vous voyez donc, quel était le but de la société à l’époque ? Était-ce l’expansion de l’esprit des gens ou même de l’esprit collectif ? Non, c’était de maintenir les élites – le clergé, la classe noble et les rois – dans leurs positions privilégiées. C’était le but de cette forme de gouvernement. Eh bien, quel est le but de tout gouvernement élitiste ? C’est d’abord et avant tout de maintenir l’élite dans ses positions privilégiées. Il n’y a pas d’autre objectif, ou du moins il n’y a que des objectifs secondaires à cet objectif global. Le but de la société dans une société élitiste est défini par l’élite, tourne autour de l’élite et la maintient dans sa position d’élite.

Quel est le véritable objectif de la société d’un point de vue spirituel ? C’est l’expansion de l’esprit individuel des gens et l’expansion de la conscience collective – non seulement parce que cela apporte le progrès, mais parce que c’est le but de la vie sur Terre d’un point de vue spirituel. Mais même si vous ne considérez pas la perspective spirituelle, mais seulement la perspective mondaine, n’est-ce pas un objectif louable pour une société de promouvoir la croissance de la conscience, la croissance de l’esprit de ses citoyens et la croissance de la conscience collective qui fait avancer la société vers de plus en plus de richesse matérielle, de plus en plus de liberté et, surtout, de plus en plus de bien-être psychologique pour les gens ?

Ne pourrait-on pas dire, d’un point de vue purement de ce monde, que le but d’une société est le bien-être du peuple et le bien-être des gens – de tous les gens ? Eh bien, c’est certainement possible, même si beaucoup s’y opposent. Mais ceux qui s’y opposent, que défendent-ils alors ? Ils défendent toujours les privilèges de l’élite. Si vous vous opposez au bien-être du peuple, vous soutenez toujours qu’il existe une élite dont le bien-être est plus important que celui de la population dans son ensemble et que, par conséquent, cette dernière doit être le serviteur ou l’esclave de l’élite. Il n’y a vraiment pas d’autre solution, mes bien-aimés. Qu’y a-t-il entre les deux ? Oui, vous pouvez inventer toutes sortes de théories fantaisistes. Mais c’est toujours cette dynamique – une élite contre le peuple. Soit vous voulez ce qui est le mieux pour la population dans son ensemble, soit vous voulez ce qui est le mieux pour une petite élite qui profite de la population.

La démocratie de consensus
Regardez l’histoire, qu’y a-t-il d’autre ? Oui, il y a quelques exemples de sociétés qui se sont concentrées sur la population dans son ensemble. Il n’y a pas toujours eu le type de démocraties que vous connaissez aujourd’hui, où les gens votent sur des choses, car il existe en fait un type de gouvernement dont on pourrait dire qu’il est au-delà de la démocratie, du moins au-delà de la démocratie représentative. Il s’agit d’un type de gouvernement dans lequel il n’est pas nécessaire de voter et de laisser une majorité décider, car au lieu de cela, on parvient à un consensus, lorsqu’il devient clair que la grande majorité des gens veulent la même chose et qu’il n’y a donc pas de raison de voter.

Jusqu’à présent, cependant, cela n’a été réalisé que dans de très petites sociétés localisées, comme les tribus. Certains Indiens d’Amérique du Nord avaient quelque chose comme ce type de société. Plusieurs cités-États à travers le monde, à différentes périodes de l’histoire, ont connu ce type de société, où il n’était pas nécessaire de voter pour des représentants – il n’était même pas nécessaire d’avoir une démocratie directe où tout le monde votait. Il est simplement apparu qu’un consensus s’est dégagé. Le problème est de savoir comment faire cela à l’échelle d’une nation, par exemple. Et c’est bien sûr là que la technologie pourrait être – et sera à l’âge d’or – utilisée pour créer ce type de communication où, finalement, après débat, un consensus émerge. Mais alors, ma question serait la suivante : Si vous avez une telle société qui implique toutes les personnes participant au débat, n’est-ce pas aussi une forme de démocratie ? Il ne s’agit certainement pas d’une société élitiste, n’est-ce pas ?

Nous pouvons dire que la première étape de la démocratie est que les gens votent pour des représentants. Et c’est une étape intermédiaire. C’est une sorte de concession à la conscience – l’idée qui flotte dans la conscience collective – qu’il y a des gens qui sont plus aptes à prendre des décisions que la personne moyenne. Et ce n’était pas nécessairement complètement faux au début de la démocratie, car la personne moyenne n’avait pas les connaissances nécessaires, ne savait pas lire, etc. Dans une démocratie représentative, les gens votent pour des représentants, et ces derniers prennent la plupart des décisions.

Il y a ensuite un autre stade, celui de la démocratie plus directe, où, au moins pour les grandes décisions, tous les citoyens votent. C’est ce que l’on voit dans les référendums sur tel ou tel sujet, comme celui que vient d’organiser le Danemark. Ils ont voté sur le maintien des exceptions à la politique de défense de l’Union européenne ou sur l’adhésion sans restriction. Beaucoup d’autres nations ont ce genre de référendums. Mais ce que vous voyez ici, c’est qu’il s’agit toujours d’une règle de majorité. Dans de nombreux cas avec une règle de majorité, il y a toujours la question : Est-ce la meilleure forme de gouvernement ? C’est l’une des questions auxquelles les démocraties doivent s’attaquer. Devons-nous permettre à une personne de décider au nom de la majorité et donc de trancher la question si toutes les autres personnes moins une est contre ? Ou faut-il une majorité plus large pour décider de certaines questions ? Et cela peut bien sûr conduire au point où l’organisation d’un référendum devient presque une formalité, parce que progressivement un consensus émerge où au moins une grande majorité de la population voit qu’il est dans son meilleur intérêt, dans l’intérêt de tous, dans l’intérêt de sa nation, d’aller dans cette direction.

La capacité d’adaptation
Le point ici est le suivant, ou plutôt, un point supplémentaire est le suivant : la démocratie, sous une forme ou une autre, est la forme de gouvernement de l’âge d’or. C’est le gouvernement de l’avenir. Il y a beaucoup, beaucoup de gens sur Terre qui ne sont toujours pas d’accord, ou qui ne croient pas, que la démocratie est l’avenir. Mais si vous regardez la plupart des gens qui ne sont pas d’accord avec cela, ils vivent dans des nations qui sont dirigées par une petite élite qui a fait croire aux gens que c’est mieux pour eux. Vous voyez en Chine, par exemple, comment le gouvernement actuel de la Chine, sous la direction de Xi, est devenu plus dictatorial qu’il ne l’a jamais été depuis Mao. Et ils ont déclaré, pour ne citer qu’un exemple, que leur politique du zéro-Covid était la bonne décision, non seulement la bonne décision, mais la décision supérieure, et certainement supérieure à celle de l’Occident démocratique décadent. Eh bien, de toute évidence, ce que vous voyez avec le variant Omicron, c’est que pour quiconque jette un regard objectif sur la question, ce n’est pas la meilleure politique, c’est juste une politique. Je ne suis pas en train de dire que c’est la pire, et que la réponse occidentale est la meilleure. Il n’y a pas de meilleure politique dans une question comme celle-ci, car si vous examinez n’importe quelle question, il n’y a pas vraiment de meilleure politique, car les choses changent constamment.

La meilleure politique dans n’importe quel domaine est d’examiner les conditions et de s’adapter aux conditions changeantes. Quelle est l’une des leçons à tirer de la pandémie de Corona ? C’est qu’il y aura toujours des choses dans le monde que personne ne pourra contrôler. Il y aura toujours des choses qui surgiront et qui surprendront les gens. La question n’est pas de savoir quelle est la meilleure politique. Nous devons toujours nous adapter. Au fur et à mesure que les situations évoluent – comme l’a clairement fait la pandémie de Corona avec l’apparition de nouveaux variants – nous devons nous y adapter. Et ceux qui savent s’adapter seront ceux qui s’en sortiront le mieux, tandis que ceux qui deviennent rigides et inflexibles ne s’en sortiront pas aussi bien. Vous pouvez voir ici qu’au début de la pandémie, la politique de la Chine a fonctionné. Mais la réponse occidentale a également fonctionné d’une certaine manière. Puis est apparue le variant Omicron, beaucoup plus contagieux, et la politique chinoise n’a plus fonctionné aussi bien qu’au début. Mais pouvaient-ils s’adapter ? Pourraient-ils changer ? Non, parce que c’est un gouvernement qui s’est établi comme étant fondamentalement infaillible. Et lorsqu’ils ont déclaré que leur réponse est la bonne, et qu’elle est supérieure à celle de l’Occident, alors changer leur politique pour s’adapter signifierait admettre qu’ils avaient eu tort auparavant.

Mais pourquoi avez-vous dû déclarer que votre politique était la seule bonne et qu’elle était supérieure à toutes les autres ? Pourquoi deviez-vous dire cela ? Eh bien, c’est l’une des caractéristiques d’un régime élitiste. Une élite est toujours en train d’opprimer le peuple. Ils vivent dans un besoin constant de le justifier. Et c’est pourquoi ils ont tendance à se présenter comme étant infaillibles ou ayant une politique supérieure ou ultime. Et qu’est-ce que cela signifie automatiquement ? Ils ne peuvent pas changer de politique, car cela reviendrait à admettre qu’ils ont eu tort, ce qui signifie qu’ils ne peuvent pas s’adapter à l’évolution des circonstances. Et puisque les circonstances changent constamment, et qu’elles ont changé constamment tout au long de l’histoire, comment une société élitiste peut-elle éviter d’entrer dans une spirale négative qui peut la conduire à l’autodestruction ? C’est impossible. Cela ne peut pas être fait, cela n’a jamais été fait et je peux vous assurer que cela ne sera jamais fait.

L’inflexibilité ne peut assurer la survie. L’inflexibilité conduira à la mort, à la disparition, à la destruction, au désastre, à la détérioration et à tout autre « d » que vous pouvez trouver. Quelle est la « meilleure » forme de gouvernement ? C’est celle qui assure la croissance la plus rapide et la plus durable dans l’esprit du peuple, dans la capacité de l’esprit du peuple, dans la conscience du peuple, de la nation et de l’humanité. Et une telle forme de gouvernement doit être flexible. Elle doit être flexible.

La vigile des Chohans
Voilà ce que je voulais vous donner dans ce discours. Et nous aurons bien sûr beaucoup plus à dire. Jésus vous fera un discours sur les raisons pour lesquelles nous avons choisi d’associer le mot christité à la démocratie. Mais je vais vous sceller pour l’instant dans la joyeuse flamme violette que je ressens. Et je voudrais dire, en guise de conclusion, que je suis gratifié au-delà des mots – presque au-delà des mots – par la participation d’un si grand nombre de personnes à la vigile des Chohans. Naturellement, nous sommes tous heureux qu’autant de personnes y aient participé. Je suis heureux que tant de personnes aient participé à l’utilisation de mon livre, en donnant chaque invocation neuf fois. Et vraiment, toute cette vigile, en commençant par le Maha Chohan et en continuant avec les autres Chohans, a créé un élan incroyable, un élan sans précédent sur cette planète. Si vous pouviez voir ce que nous voyons, comment cela est entré dans la conscience collective, a créé de nouveaux courants, a créé des tourbillons et des tourbillons qui ont dissous les anciennes matrices rigides et ont ouvert l’esprit de nombreuses personnes, vous seriez aussi satisfaits que nous le sommes – si vous pouviez voir cela.

En vérité, vous avez eu un impact positif majeur sur la planète, et je suis sûr que beaucoup d’entre vous reconnaîtront que cela a également eu un impact positif majeur sur votre propre croissance spirituelle et sur votre propre épanouissement. Nous attendons avec impatience les futures vigiles dans lesquelles vous pourrez vous engager, en particulier pour la guérison des niveaux profonds de la psychologie qui remontent au traumatisme de la naissance. En vérité, plus il y a de gens, plus il y a d’étudiants des maîtres ascensionnés que nous pouvons aider à surmonter leur traumatisme de naissance et à guérir ce traumatisme de naissance, plus nous pouvons avoir un impact important sur la conscience collective.

Vous en bas, nous en haut. Comme en haut, ainsi en bas. Nous qui sommes en haut n’avons plus de traumatisme de naissance et c’est ce que nous souhaitons pour vous qui êtes en bas. Avec ceci, je vous scelle dans ma toujours joyeuse flamme violette de liberté.

Copyright © 2022 Kim Michaels
Traduit par Jocelyne Preaux et Noël Wan